Tout passe, tout lasse, tout s’efface

Car tout passe, tout lasse, tout s’efface
Car le temps n’est qu’une chimère
Un mensonge insaisissable de l’univers
Que tout s’écoule par sa force
Que tout s’évapore
Empris par notre existence
Virevoltant avec l’envie de tout faire valser
L’homme n’actionne le chemin de sa vie
Que par le scénario préalablement écrit de sa destinée

Tout s’écoule, tout roule, tout roucoule

Car tout s’écoule, tout roule, tout roucoule
Car l’époque de la monotonie nous tient
Prison rassurante que l’homme s’est construit
Où rien ne se casse, rien ne se fracasse
Telle une belle façade imposante et triomphante
Quelle laide apparence, lorsque le physique tient et le psychique retient
Qui laisse l’humain rythmiquement frustré

Tout est éphémère

Car tout est éphémère
Que le temps n’est qu’une chimère
Que la perte de nos êtres chers est irrémédiable
Que la déchéance de nos moyens
La puissance de notre ambition
Vacille au gré des saisons

Tout s’actionne, tout s’approvisionne

Car tout s’actionne et s’approvisionne
A l’ instant où tout est rompu
Lorsque le cordon est arraché
La force de la vie nous rattrape
L’espoir renaît et refait surface
La fatalité laisse place à une belle destinée
Aux notes amères mais à l’issue heureuse

@Sephora

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

© 2020 La voix des mots . Powered by WordPress. Theme by Viva Themes.